1750x200 AdSpace

­Top Banner Advertisement

Le monopole du secteur électrique épuise les Sud-africains !

Le monopole du secteur électrique épuise les Sud-africains !

Quelle est la différence fondamentale entre un monopole soutenu par l’État et un monopole émergeant du marché ? Le premier s’appuie sur l’Etat qui le renfloue, via l’argent du contribuable, pour combler ses déficits et le protéger de la concurrence des rivaux potentiels via la législation. Dans le second cas, une entreprise privée ne peut gagner de position de monopole que si elle offre de meilleurs services et produits aux consommateurs. Lorsqu’une entité est protégée par la législation, elle devient systématiquement un monopole. En revanche, si une entreprise privée occupe une position dominante sur le marché, c’est parce qu’elle est plus compétitive que ses concurrents.
Les derniers états financiers annuels d’Eskom (monopole public dans le secteur de l’électricité en Afrique du Sud) enregistrent des dépenses irrégulières de près de 3 milliards de Rands. L’auditeur souligne l’existence « d’irrégularités notables », c’est-à-dire des fraudes à sanctionner. Par ailleurs, il note que les processus de fonctionnement d’Eskom ne répondent pas aux exigences légales. Les fonds de compensation irréguliers, les processus d’appel d’offres douteux et le lien entre le directeur financier de l’entreprise, Anoj Singh et la famille Gupta font partie intégrante des points noirs de l’histoire d’Eskom. En outre, la dette à long terme d’Eskom a atteint désormais la bagatelle de 336,8 milliards de Rands. Le contribuable sud-africain va devoir payer l’addition en plus de toutes les autres taxes qui lui sont imposées. Une situation hautement outrageuse, mais qui ne changera jamais à moins que nous ne cessions les sauvetages d’Eskom financés par les contribuables.

Date de fin: 
Lundi, 13 novembre, 2017
Date de debut: 
Lundi, 13 novembre, 2017
  • Commentaires

0 Commentaires

Top